YogaOm

Cours de yoga pour tous

Les séances peuvent être construites en s’appuyant sur un sankalpa, ou simplement selon l’énergie du moment, selon mon vécu personnel et selon ce que je ressens par rapport au groupe. Elles mettent en lumière les textes traditionnels sur le yoga, notamment les Yogasutras de Patanjali, mais aussi les apports philosophiques plus contemporains.

D’une séance à l’autre, nous explorons et abordons yama (recul et attitude juste au vivre ensemble), niyama (recul et attitude juste pour se (re)connaître),  āsana (habiter le corps en conscience dans la posture), prānayāma (expansion du souffle), pratyāhāra (écoute des sens intérieurs), dhāranā (concentration), dhyāna (méditation).

Aussi, il ne s’agit pas seulement de « faire des postures », de « faire des exercices de respiration » ni même de méditer. La pratique de postures et le travail d’expansion du souffle sont mêlés à un enseignement plus global.

Chaque proposition est une occasion de mettre en pratique l’enseignement.

Lumière sur āsana

La justesse de la position, mêlée à la stabilité et l’ancrage de l’assise et à l’élan conscient de la posture fait naître l’āsana .

Les postures sont montrées et ajustées individuellement. Chacun pratique selon ses possibilités: on se détache de l’objectif de la forme des postures pour expérimenter leurs fonctions corporelles et physiologiques. Si besoin, des supports sont utilisés pour expérimenter l’énergie originelle de l’āsana.

Dans la posture, une attention particulière est portée sur:

  • la bienveillance avec soi-même, l’intégrité, le contentement et l’authenticité (yama et niyama): on ne « prend » pas une posture, on va vers elle, avec ce que l’on est, en s’écoutant, en respectant le corps, sans « envier » le voisin qui est plus souple ou qui a plus de force.
  • une attitude et un effort justes et la canalisation de l’énergie (yama et niyama) : par l’ancrage, l’étirement de la colonne, l’eutonie, les alignements, le placement de omoplates, l’ouverture des épaules. Il s’agit d’aller vers un « tenu-détendu » ancré, libre et ouvert.
  • le souffle (prānayāma) : en libérant le diaphragme, en retrouvant une respiration libre, sans tension, en laissant le souffle s’allonger et en observant les suspensions spontanées entre l’inspire et l’expire.
  • l’observation sensorielle, la concentration, la présence, la conscience (pratyāhāra, dhāraṇā, dhyāna).
  • la liberté, le discernement.

C’est tout cela qui différencie l’āsana de la posture, ou position, ou exercice de gym. Tout est juste, reste à savoir ce que l’on fait.